Principes


Cette déclaration de principes a été adoptée à l'unanimité par l'assemblée des membres du 19 octobre 2004.

Des commentaires, remarques ou désirs de voir changer le texte peuvent être envoyés à roudefiisschen@yahoo.de.



Socialisme ou barbarie


Nous vivons à l'apothéose de l'impérialisme qui se caractérise par le pouvoir hégémonial de plus en plus visible du capital monopolistique. Comme Lénine l'a définie, cette époque est „l'époque du capitalisme pourri qui se décompose“. Après deux siècles sous la domination de la classe bourgeoise, avec un régime capitaliste qui s'impose de plus en plus impitoyablement sur toute la planète, sous l'obligation de la réalisation du profit maximal et de la production des marchandises s'emparant de tous les domaines de la vie, cette terre se trouve dans l'état d'une barbarie absolue: un million d'êtres humains meurt de faim chaque semaine, un tiers de l'humanité vit dans la pauvreté absolue dans les pays de la périphérie, des millions de chômeurs dépendent de l'aide sociale dans les pays impérialistes développés, des millions qui complètement aliénés ont de la peine à entrevoir un sens dans leur vie, même s'ils ont dans les métropoles une vie matériellement satisfaisante, la métamorphose de forces productrices en forces destructrices, l'augmentation continue du nombre des guerres, des actes de violence terroriste et de génocides, l'exploitation sans limites de l'homme et de la nature, qui tout simplement menace actuellement non seulement la survie de l'humanité, mais tout autant des espèces animales et végétales, le déclin culturel mondialement généralisé, la décadence morale et sociale, finalement l'hégémonie de la domination US sur le monde entier, dont les monopoles capitalistes ignorent toutes les lois et toute légalité, pour ériger leur dictature sur la planète entière.


Tout cela se résume par le mot de barbarie et c'est le „résultat épatant“ de la dictature de classe bourgeoise, qui autrefois a débuté en prétendant réaliser „liberté, égalité, fraternité“ et qui n'a apporté au monde que famine, misère, désespoir, fin de toute perspective d'avenir, guerre, hécatombes, fascisme et dictature impérialiste.


Notre but


La domination de la bourgeoisie, le système capitaliste, l'impérialisme, le patriarchat, la loi de la valeur et la productions des marchandises ne sauront être réformés. Tout autant que les états bourgeois, qui sont des instruments du pouvoir de la classe bourgeoise, ne peuvent pas être repris par les producteurs, mais doivent être remplacés par le pouvoir de classe des salariés dans la période transitoire du socialisme comme premier pas vers le communisme, les moyens de production de la classe dominante lui doivent être arrachés pour les mettre à la disposition de la société et de ceux qui produisent toutes les richesses.


Notre but est le communisme, ce qui veut dire la société sans classes et sans domination, dans laquelle l'émancipation de tout un chacun est la condition de l'émancipation de tous et vice-versa.


Pour atteindre l'égalité absolue, il est indispensable de reconnaître l'inégalité absolue de tous. L'état social de cette relation de l'émancipation absolue du genre humain porte le nom du communisme.“ (Marx: „Première lettre à Michel Bakunin concernant les débats à l'intérieur de l'Internationale“)


Le moyen d'atteindre ce but: le socialisme


Le socialisme est selon Marx „le premier pas de l'homme pour sortir de la préhistoire et pour entrer dans l'histoire“. L'expropriation de tous les moyens de production et leur collectivisation dans l'Etat socialiste constitue une condition nécesssaire pour le socialisme. Le but de cet état comme forme d'exécution du pouvoir des salariés est de créer les conditions nécesssaires au passage vers le communisme. Concrètement cela veut dire que tous les producteurs doivent avoir la possibilité de décider sur le but, la méthode, les formes etc. de la production. En effet, il ne peut y avoir de socialisme sans la planification scientifique de la production d'un côté, et de l'autodétermination des producteurs dans toutes les questions de la production, de la société, de l'état et de la superstructure de l'autre côté.


Si dans la société bourgeoise la „démocratie“ n'est rien d'autre qu'une forme de la domination de la classe bourgeoise avec le but de cacher la véritable nature de la dictature de la classe bourgeoise, il ne peut y avoir pas de socialisme sans l'autodétermination de tous dans tous les domaines de l'activité humaine. La forme de cette autodétermination radicale seront les conseils dans tous les domaines de la société, ainsi que d'autres formes de la démocratie directe rendues possibles par l'informatique – tout à l'opposé de la démocratie représentative bourgeoise.


Une société sans classes et sans domination ne peut être atteint que si le patriarchat, la base de la formation de toutes les classes dans la société humaine (voir Engels: L'origine de la famille), est remplacé par l'égalité absolue des sexes. Il ne peut y avoir de socialisme ou communisme patriarchal.


Le but du socialisme comme domination de la classe des salariés est sa propre suppression et le passage dans le „royaume de la liberté“ (Marx).


Notre compréhension d'un parti communiste


Pour abolir le pouvoir de classe de la bourgeoisie et établir le socialisme comme premier pas en direction du communisme et continuer à le développer, il faut un parti capable d'imposer la mission historique de la classe ouvrière et salariale: la société sans classe et sans domination. Ce parti doit avoir un caractère d'avantgarde, comme d'après Marx et Lénine l'idée du socialisme et du communisme ne peut pas naître spontanément dans la classe ouvrière et parmi les salariés, mais doit être porté de l'extérieur comme alternive dans les classes exploitées: pour cela un parti communiste est nécessaire.


Cependant ce parti ne sera pas par autodéclaration l'instrument de la transformation socialiste, mais il doit prouver par sa pratique à la classe ouvrière et aux salariés qu'il est capable de donner les réponses justes à la société bourgeoisie ballotée de crises.


Cela nécessite la reconnaissance du pluralisme dans la lutte pour une alternative de société par le parti communiste qui ne pourra être capable de réussir le passage au socialisme que par des analyses et propositions politiques corrects. Seule la pratique peut décider et décidera, si un parti communiste réussit à satisfaire à ses prétentions.


Pour pouvoir établir des analyses correctes des réalités mondiales et nationales et pour être capable d'offrir des solutions politiques menant au socialisme et au communisme, il est nécessaire que dans le parti règnent des conditions de liberté absolue de tendence, d'analyse, de discussion et d'opinion. La méthodologie marxiste-léniniste d'analyse et l'élaboration de résultats scientifiques nécessite des droits et libertés démocratiques à l'intérieur de l'organisation et aussi vers l'extérieur. Toutes divergences analytiques, stratégiques et tactiques à l'intérieur du parti peuvent et doivent être présentées ouvertement et sans limitation non seulement à l'intérieur du parti: dans l'intérêt de la crédibilité théorique et politique du parti ces divergences peuvent et doivent être portées à l'extérieur afin de pouvoir créer un espace public pour la discussion et les alternatives marxistes, ce qui dans la superstructure ne pourra qu'avoir des résultats positifs pour le marxisme et le parti. Aucun membre du parti ne peut être exclu pour cause de divergences théoriques, politiques ou analytiques.


Le parti ne peut et ne doit être un bloc monolytique: cette idée de parti sans contradictions est contraire à l'essence du marxisme et du léninisme.



En ce sens les communistes peuvent résumer leur théorie dans cette unique expression:
suppression de la propriété privée.“

Marx/Engels, Manifeste du Parti Communiste.


Home